image

 

« Un cortado por favor » (café coupé de lait, servi dans un verre) pour commencer la journée autour de la petite table en marbre d’un café de la place Drassano en face du port. D’immenses platanes au centre. Le côté nord est occupé par une très belle maison blanche du XVe avec sa galerie sous les toits débordant et sa grande porte aux claveaux rayonnant. Au sud, une façade modern-style avec ses bow-windows de métal.
Tout proche, dans la ruelle « del forno » la boulangerie « La Gloria »où nous achetons la brioche à la farine de pomme de terre, des empanadas au fromage et citron, du pain bis en grosses boules, et des tartes aux herbes. Le portail d’une de ces grandes maisons patriciennes s’ouvre devant nous et nous laisse découvrir une large cour et une élégante rampe d’escalier en ferronnerie et cuivre.
Puis, nous empruntons une de ces belles et larges avenues qui descendent sur la mer, les trottoirs dallés brillent de propreté, les belles boutiques ajoutent au plaisir de la promenade.

 

image

image
– [ ] Revenons du côté de notre place pour entrer dans le très élégant palais de La Lonja, construit au XVeme. Espace unique aux voûtes gothiques élevées tenues par de fines colonnettes hélicoïdales rappelant la forme des palmiers. Dans ce jardin de palmiers de pierre, une installation de Rebecca Horn  » Glowing core » nous a coupés le souffle.  » comment mesurer le ciel depuis le fond d’un puits « , beauté extrême d’une installation verticale tombant du ciel se reflétant sur un immense disque de glace en rotation donnant l’impression de la profondeur de 20 m de puits lumineux. Beau cadeau!

image
Le vieux quartier autour de la cathédrale est impressionnant de grandeur, et d’harmonie.
Par de grandes rampes d’escalier parvenons au pied de la cathédrale, véritable de vaisseau de pierre dominant la mer. Son portail fait face au palais des rois de Majorque dont la présence de loggia aux fines colonnettes rappellent l’Andalousie. La queue des touristes nous empêche d’aller voir les restaurations que Gaudi a réalisées dans la cathédrale.
Un dédale de rues bordées de palais ou grandes maisons nous conduit jusqu’au bain maur construit pour un riche personnage arabe au Xeme. Petite réplique de ceux de Gerona. Salle du caldarium circulaire noircie par les fumeux du foyer chauffant l’eau. Couverte d’une coupole tenue par des colonnes antiques recyclées couronnées de chapiteaux byzantins et surmontés par des bases de colonnes. Le tout fut solide pour parvenir jusqu’à nous! La petite porte outre- passée nous ouvre sur un jardin intimiste, que Gisèle décrit aisément: des ibiscus lanterne chinoise, des buissons de pytosporum, des plumbagos bleus, un philodendron s’enroule autour du tronc d’un palmier, va-t-il l’étrangler ?
Au détour de notre promenade, l’église St François devant la quelle une statue d’un franciscain, Juniperus, posant la main sur un jeune indien. En effet Juniperus est parti en Amérique du Nord, où il créa San Francisco.
Plus loin face à nous se découvre dans la lumière du couchant une façade de Gaudi! Encore une belle surprise! Construite pour une « clinica dental. »
Retour au bateau et remarquons le nombre de sculptures posées notamment sur la grande promenade au bord de mer, repérons celle du savant Ullule originaire de Palma.
Quelques tapas bien agréables à la terrasse d’un petit restaurant.

image

image