Nous sommes restés à Puerto Williams 15 jours, attendant la bonne fenêtre météo pour aller au Cap Horn et recevoir une pompe de refroidissement du moteur depuis Punta Arenas. Plusieurs bateaux quittent le ponton, le lundi 8, le temps semble nous offrir un peu de répit. Nous décidons de partir en compagnie de René sur son petit Ovni Ata-Ata.

Nous naviguons sous  un ciel tourmenté avec des averses de grésil, de pluie, mais le canal de Beagle est assez calme, nous apercevons deux baleines, des colonies de cormorans posés sur les rochers et des pinguinos, soulevant leur petite queue noire et lisse pour avancer dans l’eau…

Un grand ponton nous accueille à Puerto Toro, la première étape. Nous sommes seuls car  la saison de la pêche aux centollas  n’a pas commencé. Le soleil se montre et nous allons découvrir le village le plus austral du monde.

Rencontre avec le gendarme, très heureux d’avoir été nommé ici, c’est une récompense pour lui.  Il habite au début du monde comme il aime le dire et non à la fin du monde.

Le cimetière yagan

Le lendemain 19 fut pluvieux tout le jour, et le surlendemain désespérant…étudier les cartes météo et les interpréter est l’activité majeure des marins.

Correspondance de Jacques le 20 au soir:

chers tous,

Sommes abrités dans Caleta Pto Torro ( 55 08´S / 67 07´W) depuis 2 jours dans l’attente de la fenêtre météo de 3 jours qui nous permettra d’aller au Horn et de revenir sur Pto Williams. Le temps frisquet ambiant (3degrés) couvert et pluvieux s’accompagne de vents forts qui accompagnent les dépressions qui se succèdent sans interruption. Les prévisions captées toutes les 12 h permettent de planifier le départ, constamment reporté en raison des changements de direction du vent dans la Baie de Nassau et aussi de l’impossibilité d’ancrer dans la Cta Martial située sur l’île Herschel à 15 Mn au N du Horn( dûment autorisée par l’Armada qui surveille toute la zone de l’archipel Wollaston) qui est impraticable par vents de N, NE, S et SE. 

Patience… heureusement supportée grâce au talent de la cuisinière qui a organisé la cantine du bord ouverte à notre voisin et ami à couple de Babel, qui navigue en solitaire sur son Ovni 32 et arbore fièrement le pavillon Helvétique puisqu’il est originaire de Neuchâtel.

15 habitants dans le hameau qui domine la caleta dont 5 carabineros, un homme de l’Armada qui enregistre les rares mouvements de bateau dans le Paso Picton sur lequel s’ouvre notre caleta, un instituteur et 4 élèves…Pas de route pour aller au chef lieu Pto Williams, pas de bistrot ni d’épicerie et ravitaillement par bateau 2 fois par mois. 

Heureusement le rhum du Cap Vert emporté dans les fonds de Babel réchauffe l’atmosphère et hier une raclette dans le merveilleux appareil offert lors d’un de nos séjours en Valais a enthousiasmé l’équipage!

Conclusion : c’est pas gagné, mais vous aviez compris en ouvrant ce message. 

Merci de vos mots et encouragements, nous vous lisons avec bonheur.

Bien amicalement.

J & S

Jeudi 21: tentative

5h45, relevé de la dernière carte météo

Face au  vent SW, René renonce, son petit bateau ne lui paraît pas assez puissant. Nous partons tous les trois sur Babel. Nous naviguons sous un ciel tourmenté,  pluie, grésil, froid, rayon de soleil, nous aérons alors au maximum, car la condensation dans la bateau est importante. Le vent se renforce et nous progressons lentement, et arrivant dans la baie de Nassau, la mer est forte et désordonnée, à cette allure nous arriverons dans la nuit à la caleta Martial, anti-chambre du Cap. Ce n’est pas raisonnable, Jacques fait demi-tour.

Manuel est gelé…

Au retour, les dépressions se succèdent si rapidement que le ciel semble se retourner! Nous arrivons  sous  la neige. René était allé chez les militaires observer notre progression sur leur écran, et discuter météo. Contents  de nous réchauffer !

Le Cap!

Chers tous,

Horaire insolite pour arriver au Horn…06h00! ce matin 23 février.

Départ de Pto Torro pour une 2ème tentative vendredi  22 février à 16h00 pour une route directe vers l’archipel des Wollaston. Prévisions favorables pour 24 h de calme avant la reprise du flux d’ouest. L’essai de mercredi s’étant révélé infructueux après 8 h de navigation dans une mer formée et un vent de 20/25 knts, nous avons opté, sur une suggestion très pertinente de René ( notre bon ami marin solitaire et voisin ) de repartir vers le S pour une nav de nuit qui s’est bien passée jusqu’aux abords du Cap. Vent de face modéré 8/10 knts et moyenne de 3,5 Nds dans une mer peu agitée.

C’est donc à 2 bateaux ( Babel et Ata Ata, Ovni 32 de René) que nous passons à 04h00 les derniers écueils de l’île de la Déception  située à 10 Mn de l’île du Cap Horn après 50 Mn de nav sous la chape de nuages qui couvre cette partie du continent 90% du temps. Température fraîche 2 degrés qui nous oblige à additionner des couches successives de polaires, cagoules, bonnets et à enfiler plusieurs chaussettes pour des quarts de 2h où la veille attentive est de mise.

Ensuite cap au SO pour aller vers l’île Cabo de Hornos atteinte vers 06h00. Mer bien formée,  complètement désordonnée, vent SSO. Nos canotes ne progressent que très lentement 2,5 Nds. et pas possible de faire du café chaud…Les prévisions annonçant un renforcement du vent dès 08h00, la fatigue aidant, nous décidons d’abandonner l’idée de faire le tour du Horn. Nous sommes à présent par vent de 3/4 arrière et passons au pied de la bâtisse dans laquelle le militaire représentant de l’Armada  ( marine chilienne) -à la fois gardien du phare, contact radio, et détenteur du tampon du Horn- vit avec sa femme et ses 2 enfants. Relève au bout de12 mois…

Après contact avec le gardien nous l’informons de notre changement de route.

Décision vite prise sans grand besoin d’explications. René seul sur son bateau et sans Vhf a pu  me joindre grace au talkie walkie que je lui avais laissé au départ « au cas où ». A 08h 30 nous embouquons le Paso del mar sud  et sommes maintenant abrités de la houle tapageuse.

A 09h00 après 71 Mn depuis Pto Torro nous filons nos ancres dans la Cta Martial sur l’île Herschel à 15Mn au N de l’île Hornos . Comme annoncé le vent s’est levé, bourrasques de grésil et neige fondue s’écrasent sur les panneaux et la capote, mais le chocolat est sur le feu et le chauffage qui ronronne fait déjà monter la température.  7 degrés on va faire sécher la garde robe!

Nos pensées pour ceux qui vont passer le cap aujourd’hui…

Demain ce sera à nouveau Pto Torro pour nous à 2h du Beagle. Puis Pto Williams pour refaire les pleins,  prolonger nos visas ( déjà 3 mois dans le froid et le vent ça va bien…) et un retour mi mars .

Nos pensées pour vous aussi qui attendez neige et froid pour vous livrer aux plaisirs de la poudreuse ou de la transformée. Nous vous espérons tous bien.