La ville anglaise au pied du Rocher.

La ville anglaise au pied du Rocher.

La Queensway Marina? entrée improbable, les feux rouges et verts sont microscopiques et au raz de l’eau, le personnel qui a tardé à paraître nous indique la direction à prendre depuis la fenêtre d’ un appartement, on se croirait dans un port privé destiné au quartier chic qui l’entoure. Le front de mer offre le spectacle de terrasses élégantes, guindées, feutrées, où le vin brille dans les hauts verres à pied.
Premier contact avec le sol, tout bouge et tangue pour se rendre aux douches, le coucher du soleil embrase le ciel. Le ponton est si bas que remonter sur Babel tient de l’escalade ou de la courte échelle et les hommes en profitent pour nous pousser tendrement.

 

image

Montons à l’assaut de la vieille ville par le chantier de restauration des vieux hangars et des fortifications. Passons devant la cathédrale anglicane en forme de mosquée. Personne dans les rues, magasins fermés, bistrots inexistant jusqu’à ce que l’on débouche dans Main street. Croisons nombreuses kippas avant d’être attirés par des choeurs venant de l’église catholique. Poussant la porte nous assistons à la répétition de l’Alleluia de Haendel…
Ambiance anglaise, la wifi ne marche qu’entre midi et 16h, ou plutôt 4 pm, et l’alcool permis à partir de 6 pm. Ça tient de la brimade ! dit Pierre, Jacques explose, heureusement, le jeune serveur espagnol est très souriant
Pas grand plaisir au contact de cette architecture impersonnelle, monotone, où est le charme british? Pourtant on se croyait au sud !!

Contents de rentrer  » à la maison ». L’ambiance change,  » ce n’est plus la même limonade » ,
Au menu: jamon iberrico et son Pauillac Les Landes de Cach 2006, accompagnés d’empanadas variées. Chèvres du Queyras descendus de leur panière et abricots au sirop de la Drôme.

Le F.Chopin vieux voilier de prestige quitte le port

Le F.Chopin vieux voilier de prestige quitte le port

Le 23 octobre,
Nous quittons rapidement la Marina, passons faire le plein, et remplissons nos 9 bidons de 20l., le gars est si sympathique et souriant que je le prends en photo avec Jacques! Direction le mouillage que nous avions pratiqué il y a 3 ans.
Au moment de jeter l’ancre, la chaîne s’emballe! Le problème de la chaîne resurgit ! Jacques et Pierre iront chez le Taller mecanico après dégustation de l’excellente potée au choux et saucisse de Morteau concoctée par les cuisinières du bord, inspirées par le temps gris et bas autour du Rocher.

Décision est prise de racheter une nouvelle chaîne… lundi!

Nous nous installons sur un autre ponton, nos voisins sont Ukrainiens d’un côté, anglais de l’autre, tous les bateaux ont des bidons sur le ponton, on sent l’ambiance des grandes traversées.

Le plein des réserves

Le plein des réserves

Le détroit de Gibraltar

Le détroit de Gibraltar