–  Nous choisissons la Marina del puerto Calero en raison de la présence d’une pompe à gazoil sur le quai, à l’inverse des autres où le plein s’effectue au jerrican…

C’est au lever que nous découvrons le paysage, le désert volcanique au fond et un village tout blanc planté de palmiers et de cactées. La marina a été créée il y a 30 ans, selon la volonté de César Manrique, artiste qui a exigé pour son île un autre tourisme en harmonie avec la nature, sans pollution publicitaire, tenant compte du développement  durable…Il semblerait que la politique de l’île poursuit dans ce sens.

Voir la montagne de feu nous intéressait. En effet un immense parc naturel préserve la zone de la dernière explosion volcanique en 1730. Multiples cratères, coulées de lave en cordes, en fleuves, de couleurs noires, grise ou rouges. Après 300 ans, quelques lichens, et plantes grasses commencent à pousser. Il y a 30 degrés d’écart entre le jour et la nuit, à 50cm de la surface des broussailles s’enflamment…Un bus d’où nous ne pouvions sortir, nous a permis découvrir ce paysage lunaire. Les commentaires dans le bus transmettaient le témoignage du jour de l’explosion décrivant le jaillissement d’une montagne en feu, des jeysers de lave de 30 m, et la panique des populations… Impressionnant que ce spectacle de la violence volcanique.

image

L'assiette de pois chiche au bistrot

L’assiette de pois chiche au bistrot

 

Puis nous traversons des villages tout blanc et vert sur une terre noire. Le goutte à goutte permet des cultures dans des jardins anthracites. La vigne pousse dans des murets circulaires de lave -pour se protéger du vent et de la poussière de lave- et produit un vin « Valverde », appellation que nous avions croisée dans les îles Éoliennes. Notre chauffeur de taxi nous indique un bistrot pour prendre  un plat chaud. Au comptoir, nous savourons un peu plus l’ambiance cordiale de l’intérieur de l’île.

L’ agence de location de voitures est fermée pour cause des fêtes de la Toussaint. Nous restons à la Marina pour dîner indien. Jacques tellement à l’aise en espagnol comme en anglais en profite pour féliciter chaleureusement  le chef pour son excellente cuisine.

Le beau temps nous accompagne, quel plaisir!! Nous partons tout à l’heure pour 48h de traversée et rejoindre l’île de La Palma, et son port de Santa Cruz .

La vigne dans la vallée de la Geria

La vigne dans la vallée de la Geria

Le long des côtes de Lanzarote

Le long des côtes de Lanzarote

La montagne de feu

La montagne de feu

image