À Castro nous  reprenons contact avec Jaime, rencontré à Puerto Willams. Son bateau « Tehuelche » est  tout en bois, construit en Norvège et venu jusqu’à Chiloé. Il ressemble fort aux bateaux de pirates !

Le déjeuné est prévu chez lui avec sa femme Rita et ses deux fils, Jaime et Lucas. Leur maison construite  dans la pente a une vue imprenable sur le coude de l’estuaire. Plusieurs détails d’installation me sont  sympathiques.

Jaime a travaillé dans le pétrole et par la même, a beaucoup voyagé avec sa famille, du Canada au Venezuela, Mexique, jusqu’à l’Asie. Natifs tous les deux de Punta Arenas petite ville de la terre de Feu, ils ont choisi de s’installer à Chiloé. Il achète un grand terrain en pente surplombant le Rio, et fait construire sa maison tout en bois, prolongée d’une immense terrasse sur pilotis de bois. C’est un entrepreneur… il construit en ce moment sur son terrain un petit hôtel tout en bois, et rondins pensant au développement du tourisme sur l’île. Ses fils font des études supérieures à Viña Del Mar, ville  renommée pour ses universités, proche du port de Valparaiso, à la latitude de Santiago. Rita n’est pas passionée par la voile, mais s’intéresse aux plantes, à son jardin et aux chiens magnifiques qui jouent autour de la maison. Elle a rapporté toute sortes de pierres et coquillages des endroits où ils ont vécu, l’installation de sa cuisine m’a beaucoup intéressée. Le repas fut sympathique, nous offrant plusieurs plats aux saveurs nouvelles, j’aurais aimé échanger davantage avec elle. 

Rita et ses fils

Remontant vers le nord nous nous ancrons un soir en face de la petite ville de Dalcahué.  Dans la nuit, le vent se déchaîne, on a l’impression d’être soulevé au-dessus des vagues…  Jour forcé de repos dans le bateau, impossible de sortir, il pleut et il vente, comme jamais!

Le lendemain matin un  soleil éclatant se lève dans une lumière cristalline. La marée basse fait miroiter la grève où s’échouent les bateaux colorés des pêcheurs.

Quelle ambiance dans le bâtiment réservé aux bistrots du marché!!

Ça sent bon la soupe les beignets, la coriandre …

Cette cuisinière buvait son maté tout en dansant sur la musique diffusée dans le bâtiment..

l’autre cuisinière a fait tremper des algues noires et les détache, les démêle pour les couper et assaisonner ses soupes.

Au marché artisanal, comme partout dans le sud, le travail de la laine et du bois est primordial.

Les laines sont teintes avec des plantes locales

 

 

Laissant Dalcahue dans la lumière nous partons découvrir l’archipel de Mechuque sur les conseils de notre ami Herman.

La mer est calme et mouillons facilement à l’abri du vent dominant. Ces petites îles sont à la fois très rurales et ouvertes à la pêche. Les bateaux lors de la marée basse sont couchés près des champs où paissent moutons et vaches. Les églises de bois au centre des hameaux, sur une plage deux grosses ´lancha ´ se construisent avec le bois local, les maisons sont toutes recouvertes d’écailles de bois coloré.

Un banduria

Promenades au travers des chemins et le soir à la nuit tombante sur une grève immense retentissant des cris d’oiseaux de toutes sortes. Appuyée contre un pieux de palissade, je humais l’air iodé, écoutant ces envols et ces cris d’oiseaux comme un cadeau de la Vie.

 

Village de Mechuque, maisons sur pilotis à marée basse.

L’arocaria, arbre natif du Chili

 

Construction traditionnelle d’une grande barque en bois

Ajoncs en fleur