Quelle surprise au matin de nous trouver ancrés au pied de l’aiguille volcanique, reste de la cheminée du volcan qui créa l’île il y a des millénaires. Je suis touchée par sa physionomie, il porte les traits d’un vieil homme indien, les paupières baissées sur le monde de chaque côté d’un grand nez. La végétation très verte s’accroche sur les roches noires.  On entend le fracas des rouleaux sur les falaises et l’écume qui éclate très haut.

Le mouillage de La Baya de los Remedios

Le mouillage de La Baya de los Remedios

Jacques fait le tour de Babel et remet en place un certain nombre de choses que l’orage de la veille avait sérieusement chahutées. Nous irons visiter l’île plus tard. Dans l’après midi nous nous occupons de l’annexe, après lui avoir ôté les sangles qui la maintenaient fortement, l’avoir refonflée, nous l’avons enfin mise à l’eau et fixé le moteur.

L’île Fernando do Noronha est brésilienne, située à 500km de Récife. Elle est aujourd’hui une réserve naturelle, parc national marin. Des tortues, des dauphins et des espèces d’oiseaux variés y ont élu domicile. L’île de 19km de l’ONG est traversée par une seule route goudronnée desservie par un bus.

Les formalités nous prennent un temps fou et n’ayant pas de monnaie locale, nous montons les 4 km à pied pour aller au village sous une bonne chaleur humide. Dans ce labyrinthe de rues-jardins, nous trouvons ce qui fait office de banque grâce à la gentillesse des habitants. Les petites maisons sont en bois et le toit en tôle ondulée, devant l’église baroque, une grande place tout en pente qui donne sur une plage bleu- turquoise agitée de gros rouleaux blancs et bordée de cocotiers.

image

Partons à pied sur des pistes en dehors des touristes jusqu’à la grandiose plage du lion, où viennent pondre les tortues. La chaleur très forte et remplie d’humidité fatigue.

 

image

La plage du lion

 

La trace d'une tortue passée dans la nuit

La trace d’une tortue passée dans la nuit

 

La baie des tortues

La baie des tortues

image

Babel sous l’œil bienveillant du Pico.

 

Au loin l'île paradis

Au loin l’île paradis